Vous êtes ici : Accueil > LE JOURNAL DU COLLEGE > Culture > Maillé, réparer l’oubli
Publié : 20 avril
Format PDF Enregistrer au format PDF

Maillé, réparer l’oubli

Dans la semaine du 30 novembre au 5 décembre, cinq classes de 3e du collègue Rameau ont assisté et participé à l’exposition « Maillé, histoire et mémoire d’un massacre oublié ».
La documentaliste Mme Delebeck et deux professeurs d’histoire-géographie, M. Sugier et M. Delacruz, ont fait venir au collège l’exposition itinérante proposée par la maison du souvenir de Maillé. Deux de ses membres actifs, Romain Taillefait et Marion Lanceleur, animaient chacun ces deux heures de présentation. Après une courte évocation du massacre de Maillé et sa localisation géographique, les élèves se sont dirigés vers les panneaux de l’exposition, accompagnés d’un questionnaire. Puis ils ont visionné le film « Maillé, le massacre oublié », documentaire composé des témoignages des survivants.
Rappelons les faits. Le 25 août 1944, vers 9 h, une troupe d’une soixantaine de soldats allemands encercle le village de Maillé. Ils y pénètrent, tuant toute vie sur leur passage, habitants comme animaux. Après une tuerie de près de trois heures, les soldats quittent le village laissant derrière eux 124 victime dont 37 hommes, 39 femmes et 48 enfants de moins de quinze ans. Sur les soixante maisons que compte le village, seules huit sont indemnes. Le massacre de Maillé est, par son importance, le second massacre de populations civiles de la Seconde Guerre mondiale en France, après celui d’Oradour-sur-Glane. Pourtant, il est quasiment tombé dans l’oubli pendant près de soixante ans.
L’exposition proposée informe sur les circonstances du massacre, aborde les causes du long silence. Les élèves sont impressionnés. « C’est une histoire horrible », dit un élève. « C’est injuste pour ces habitants qui vivaient leur vie », glisse un autre. Se rappeler Maillé est aussi l’occasion de s’interroger sur le fanatisme, de faire le lien entre Maillé et d’autres massacres de masse plus récents… (la Nouvelle République, 12/12/2020)

Documents joints